[index]


Ernest Renan, Saint Paul (1869)
1 Corinthiens 13


1 Quand je parlerais les langues des hommes et des anges, si je n'ai pas l'amour, je suis un airain sonnant, une cymbale retentissante.

2 Quand j'aurais le don de prophétie, quand je connaîtrais tous les mystères, quand je posséderais toute science, quand j'aurais une foi suffisante pour transporter les montagnes, si je n'ai pas l'amour, je ne suis rien.

3 Je transformerais tous mes biens en pain pour les pauvres, je livrerais mon corps aux flammes, si je n'ai pas l'amour, cela ne me sert de rien.

4 L'amour est patient; il est bienveillant; l'amour ne connait ni la jalousie, ni la jactance, ni l'enflure ;

5 il n'est pas inconvenant ; il n'est pas égoïste ; il ne s'emporte pas; il ne pense pas à mal ;

6 il ne sympathise pas avec l'injustice; il sympathise au contraire avec la vérité.

7 Il souffre tout ; il croit tout; il espère tout ; il supporte tout.

8 L'amour n'a pas de décadence, tandis que la prophétie pourra disparaitre, le don des langues cesser, le don de science devenir sans objet.

9 La science et la prophétie sont des dons partiels ;

10 or, quand le parfait viendra, le partiel disparaitra.

11 Lorsque j'étais enfant, je parlais comme un enfant, je sentais comme un enfant, je raisonnais comme un enfant ; mais, depuis que je suis devenu homme, j'ai laissé là les façons de l'enfant.

12 Maintenant, nous voyons à travers un miroir et en images ; alors, nous verrons face à face.

13 Maintenant, je connais d'une manière partielle ; alors, je connaîtrai [Dieu] comme je suis connu [de lui]. En somme, il y a trois grandes choses : foi, espérance, amour ; mais la plus grande des trois est l'amour.







[index]