nouveau
dictionnaire
Bretagne origines
recherche
drapeau breton
Bretagne > origines
carte bretagne
L'Armorique celtique
À l'époque de la conquête de la Gaule, l'actuelle Bretagne portait le nom d'Armorique : en latin Aremorica ou Armorica. Ses habitants étaient les Armoricains. Ce nom gaulois désigne le peuple qui vit près (are) de la mer (mor). Chez Jules César, l'Armorique comprend également l'actuelle Normandie : c'est la région du bord de mer, de la Loire à la Seine. Le nom gaulois a donné :
- en français : Armor que l'on retrouve dans le nom du département des Côtes d'Armor. Il remplace le nom de Côtes du Nord : le nord n'étant pas attirant pour les touristes, on a alors changé de nom...
- en breton : arvor désigne le littoral et Arvorig, l'Armorique.

L'Armorique occidentale était habitée par cinq peuples gaulois. A la fin du IIIe siècle, les Armoricains doivent affronter des raids saxons et francs. On fortifie alors les cités ; Carhaix et Corseul perdent leur statut de chef-lieu, au profit de Brest et Alet (près de Saint-Malo), où l'on construit des citadelles pour mieux défendre le littoral. C'est à cette époque que le nom des chefs-lieux prend celui de leur peuple. Ainsi, Vannes, Nantes, Rennes et Corseul doivent leur nom à un peuple gaulois.

  peuples noms des villes en  
  gallo-romain latin breton français  
Vénètes Darioritum Venetis Gwened Vannes le gué (ritum) tumultueux (ou bien le gué de Darius, nom d'homme) ; la région portait le nom de Vénétie (comme la région de Venise) les îles vénétiques sont les îles du Morbihan
Namnètes Condevicnum Namnetes Naoned Nantes la Brière était alors recouverte par la mer
Osismiens Vorgium   Karaez Carhaix var. Osismes ; les îles osismiques désignaient les îles d'Ouessant et de Sein
Rédons Condate Redones Roazhon Rennes variante Riedones, condate = confluent (de l'Ille et de la Vilaine)
Coriosolites   Coriosolitum Kersaout Corseul c'est certainement le Fanum Martis de la table de Peutinger
L'Armorique devient la Bretagne
La Bretagne désignait à l'époque romaine, l'actuelle Grande-Bretagne. Et les Bretons désignent les habitants celtes de l'île de Bretagne.

En 410, Rome abandonne la Bretagne ; elle a besoin de toutes ses ressources pour protéger la frontière du Rhin.

Après l'invasion, à l'est, des Angles et des Saxons, peuples germaniques, dans l'île de Bretagne, et à aussi l'ouest, des Irlandais, des Bretons (essentiellement de Cornouaille et du Pays de Galles) ont alors traversé la Manche pour s'installer en Armorique.

Ces invasions germaniques ont alors modifié le nom des pays :
- la Bretagne devient l'Angleterre (la Terre -land- des Angles),
- l'Armorique devient la Bretagne,
- la Gaule devient la France (elle aussi envahie par un peuple germanique, les Francs).

Les Bretons se sont aussi installés dans d'autres régions. Ils n'ont pas seulement donné leur nom à la Bretagne, plusieurs lieux de France portent leur nom : Bretteville (que l'on rencontre en Normandie) Brétigny, Brétignolles, Brethenay, Bretonneux... Certains se sont même installés en Galice : un monastère porte le nom de Santa Maria de Bretoña.

en latin :
Britanni : Bretons (Jules César) d'où nom du pays Britannia pour désigner la Bretagne. En latin médiéval, on distinguait la Britannia Minor (Petite Bretagne) de la Britannia Major (Grande-Bretagne). D'où l'adjectif britannicus qui a formé britannique. Cependant, la forme usuelle en latin est :
Britto (singulier) Brittones (pluriel)
  évolution tt > th au VIe siècle (cf. vieux gallois Brython)
  évolution i bref > e au Xe siècle

en breton :
  th > z en breton (sauf vannetais) Breiz
  th > h en vannetais (très aspiré) Breih


en ancien français, Bret désigne le Breton (et Bretons, au pluriel)
Wace (XIIe) dans le Roman de Rou :

Chevalcha Raol de Gael
Bret esteit et Bretons menout

l'adjectif bretesque : a la bretesque : à la mode bretonne
une brette (une espee brette) désigne une épée longue et etroite ; d'où le bretteur, celui qui se bat à l'épée brette, et, par extension, avec n'importe quelle épée.
La Bretagne ou la Létavie
Les Bretons portaient aussi au Moyen Âge aussi le nom de Litavii puis Letavii, d'où le nom du pays Letavia (Létaviens, Létavie). D'après une origine *Litau, d'où le breton lidaw ou ledew. Ce nom a disparu au XIIe siècle mais il est conservé en gallois : la Bretagne porte aujourd'hui le nom de Llydaw. Les Gallois ont, à la même époque abandonné le nom de Brython pour celui de Cymro (de *kom-brogos, com-patriote)


 



Tro Breiz : le Tour de Bretagne
Avec l'arrivée des Celtes d'Outre-Manche, la Bretagne est aussi devenue chrétienne. Au Moyen Âge, le grand pèlerinage des Bretons, c'est le Tro Breiz (Tour de Bretagne) en hommage au 7 saints fondateurs de la Bretagne.

Le pèlerinage le plus important est celui de Sainte-Anne d'Auray. Anne, la mère de Marie et grand-mère de Jésus, est la sainte patronne de la Bretagne...

sant Patern saint Patern Gwened Vannes
sant Kaourintin saint Corentin Kemper Quimper
sant Pol Aurelian saint Pol Aurélien Kastell-Paol Saint-Pol-de-Léon
sant Tudual saintTugdual Treger Tréguier
sant Brieg saint Brieuc Sant-Brieg Saint-Brieuc
sant Malou saint Malo Sant-Malou Saint-Malo
sant Samzun saint Samson Dol Dol-de-Bretagne

Tro Breiz : le pèlerinage

-> drapeau breton & l'hermine : historique

-> carte de la Bretagne d'hier & d'aujourd'hui

-> langue bretonne & dictionnaire en ligne - mots bretons - noms des communes en breton

-> carte des peuples de la Gaule