archives famille
John Bost

  John Bost > Asiles > La Retraite

photo John Bost





La Retraite

Inauguration : le 25 mai 1876.

La Retraite : monographie historique par Mary Bost, in Notre prochain (1967)

Mary Bost (1893-1972) est la fille de John David Bost (1860-1945), neveu de John Bost (1817-1881)


Rapport sur les Asiles de Laforce
(1878)
La Retraite

Asile pour :
1° Des servantes, des femmes veuves ou célibataires, malades ou infirmes et sans ressources, que leur éducation ne permet pas d'admettre au Repos ;
2° des femmes infirmes ou incurables, exclues par leur âge ou par d'autres motifs de l'Asile de Béthesda.



Ce modeste asile n'a que trois pensionnaires, mais la petite famille « pourra croître jusqu'à mille personnes ».

Ce que nous disions quant aux admissions dans Le Repos, s'applique à celles de la Retraite. Pour entrer dans cette asile, il faut avoir des titres de fidélité, d'honnêteté et de moralité pour des domestiques âgées, pour des infirmes : il doit être prouvé qu'elles ne peuvent trouver, ni dans leur famille, ni autre part, un asile, et qu'il leur est impossible de subvenir par leur travail à leur existence. Si ces conditions ne sont pas remplies, La Retraite ne peut les recevoir. Nous nous montrons sévères pour les admissions, car l'œuvre de Laforce repose sur la charité. Nous devons à nos bienfaiteurs de faire un sage emploi de l'argent qu'ils nous confient. Ce serait une charité mal comprise que celle d'une libéralité accomplie en faveur de personnes en état de gagner leur vie, et qui voudraient se reposer alors qu'elles peuvent et doivent travailler.

Plusieurs demandes d'admission nous ont été adressées on faveur de telles personnes : nous les avons toutes refusées.

Soyez bien persuadés que nos portes s'ouvriront aux malades qui réclament nos soins et qu'elles seront recueillies avec empressement. Plusieurs malades de Béthesda, que leur âge et leurs infirmités doivent amener à la Retraite, devront sous peu y être transférées.

La perspective d'occuper une chambre à la Retraite fait battre le cœur de plusieurs de nos malades. Nous le comprenons. Elles ne les occuperont néanmoins que s'il y a urgence. Partout nous cherchons l'intérêt de nos malades et de nos asiles.

La Retraite aura son histoire de même que nos autres asiles. Nos visiteurs, en y entrant, sont pénétrés d'une véritable compassion pour les quelques pensionnaires qui l'habitent. Ne méprisons pas les petits commencements.



Les Asiles de Laforce
(1878)
Carte postale La Retraite

Asiles de Laforce : liste des bâtiments & résidents

La Famille - Béthesda - Ében-Hézer - Siloé - Béthel - Le Repos - La Retraite - La Miséricorde

Notice historique de la fondation des Asiles de Laforce par John Bost (1878)

John Bost : index des documents

index | contact
Lexilogos