archives famille
Léopold Nègre


  Léopold Nègre > biographie | souvenirs | portraits


Leopold Negre
Léopold Nègre
(Montpellier, 1879 - Paris, 1961)
médecin et biologiste,
réalise des recherches sur la tuberculose
et participe à l'élaboration du BCG





Élection de Léopold Nègre à l'Académie de médecine

le 20 février 1951

Discours de son fils, Étienne Nègre


D'autres plus qualifiés que moi auraient pu prendre la parole. Il aurait pu paraître plus normal que je garde le silence.

Mais ce jour que nous pouvons qualifier sans emphase de solennel marque dans ta vie ton apogée.

En me faisant l'interprète de tous tes enfants, car je suis assuré d'exprimer ce qu'ils ressentent en associant André et Muriel qui doivent tant regretter de n'être pas ici en ce moment, je veux te faire connaître notre pensée intime. Je me sens pousser par cette nécessité impérieuse de te dire ce que nous avons dans le cœur. Nous pourrons alors en tirer l'enseignement que ta vie nous procure. Cet enseignement sera pour toi la plus belle des récompenses, plus belles que toutes les louanges du monde.

Mon cher Papa, c'est à toi que nous nous adressons ce soir, car c'est toi qui récolte. Mais nous n'oublions pas, ma chère Maman, que vous avez semé ensemble. Je ne veux donc pas vous dissocier et c'est bien à vous deux que je pense en parlant ainsi.

Nommé membre de l'Académie de médecine, l'honneur seul que confère ce titre devrait suffire à notre inspiration pour te couvrir de fleurs et te dire l'admiration que nous avons pour ton travail scientifique.

Mais décerner à un homme tel que toi ce titre a certainement une autre portée que, maladroitement, je voudrais essayer de dégager.

Pour comprendre cette portée il faut nous replacer dans le cadre de ta vie toute entière si riche en enseignements.

Cet enseignement trouve son expression dans la profession de foi que tu as toujours affirmé et que tu as su si bien appliquer dans ta vie. Croire envers et contre tout aux vraies valeurs : valeur du foyer, valeur du travail.

Il ne me semble pas nécessaire de m'étendre sur votre parfaite réussite dans ce domaine.

Vous nous avez toujours donné le spectacle d'une parfaite union, dans les bons comme dans les mauvais jours. Vous nous avez élevé dans une ambiance telle que nous pouvons nous demander si elle ne sort pas de l'ordinaire. Et cela avec des moyens restreints, uniquement par votre volonté et surtout par cette croyance absolue que dans cette valeur primordiale se trouve le vrai bonheur. Bonheur que vous recherchiez pour vous personnellement ? même pas. Et c'est là où je veux croire que nous sortons de l'ordinaire. Ce n'est pas par le raisonnement que vous avez conduit la marche de votre foyer mais par le cœur, par l'amour, et cet amour que vous avez en vous n'est pas le résultat d'une décision personnelle en vue d'un but déterminé mais bien un don supérieur que vous avez reçu et aux exigences duquel vous avez su obéir.

Mon cher Papa, tu as cru dans le valeur du foyer et tu as aimé ton foyer, et aujourd'hui nous pouvons vous contempler unis comme au premier jour. Tu as donc réussi.

Valeur du travail ! nous assistons à la même répétition. Qui aurait pu penser que le modeste travailleur, l'obscur travailleur du début aurait pu devenir membre de l'Académie de médecine ! Mon cher Papa, je ne veux pas te faire de peine, ni te vexer. Mais Maman reconnaîtra avec nous que tu n'avais aucune des qualités, ou des défauts (cela dépend par quel côté nous regardons la question) qu'il fallait pour percer et t'imposer. Et c'est cela que je veux mettre en lumière. Tu as choisi le chemin le plus difficile, le plus hérissé d'obstacles, celui par lequel il semble qu'on ne doive jamais arriver. Tu as su écarter de ta route toutes les compromissions, seul gage de la certitude d'arriver ici-bas. Tu as su les écarter, car tu as voulu rester fidèle à ta foi dans les valeurs du travail. Tu es resté fidèle à ta ligne de conduite et tu as gagné. Tu as gagné car ce don supérieur dont je parlais toute à l'heure a été mis également au service de ton travail. Tu as cru dans la valeur de ton travail. Tu as aimé ton travail, et tu as réussi.

Aujourd'hui, la société sanctionne ta réussite.

Comment ne pas tirer pour nous, mon cher Papa, un enseignement de ces deux réussites.

Dans ce monde, dans cette société qui fait justement une consommation de plus en plus grande des valeurs humaines en les tuant les unes après les autres, dans cette société où le normal est l'anormal et l'anormal le normal, comment ne pas être soulagé d'un grand poids, comment ne pas avoir le cœur rempli de reconnaissance en te regardant, mon cher Papa.

Tu es la preuve vivante qu'il y a une justice pour celui qui sait rester fidèle. Tu es là pour démontrer qu'il ne suffit pas toujours de crier à l'injustice sans rien faire par soi-même. Tu es là pour démontrer que l'injustice peut être vaincue par sa propre justice, ce qui m'oblige à ajouter par la justice de Dieu.

Je crois vraiment qu'en te regardant nous pouvons trouver une raison de croire.

Et c'est là ta réussite merveilleuse !

Croire que l'impossible est toujours possible.

Croire qu'il n'y a pas de vraies joies en dehors des vraies valeurs.

Croire qu'une réussite pleine et entière dans la vie d'un homme conscient de sa mission ne se réalise que dans la foi et soumission aux principes de sa foi.

Sois donc pleinement heureux, mon cher Papa. Tu as bien rempli ta mission puisque tu es pour nous plus qu'un Père mais un Symbole.

Sois donc heureux puisque tu as réussi à nous faire mieux comprendre cette parole de la Bible :

« Honore ton Père et ta Mère. »

Puisque enfants et petits-enfants te disent du fond du cœur et en comprenant maintenant toute la portée de ces mots :

« Grand-Papa, Papa, nous t'honorons. »

Étienne Nègre

Étienne Nègre

Notes :

1- Léopold Nègre est alors âgé de 71 ans ; son fils Étienne Nègre, 38 ans.

2- André Nègre est le fils aîné de Léopold Nègre, Muriel son épouse. Il est médecin, comme son père.

3 - « Honore ton Père et ta Mère. » : ce verset fait partie des « dix commandements » que l'on trouve dans :

Exode 20, 12 : Honore ton père et ta mère, afin que tes jours se prolongent dans le pays que l'Eternel, ton Dieu, te donne.

Deutéronome 5,16 : Honore ton père et ta mère, comme l'Eternel, ton Dieu, te l'a ordonné, afin que tes jours se prolongent et que tu sois heureux dans le pays que l'Eternel, ton Dieu, te donne.

Il est repris à plusieurs reprises dans le Nouveau Testament :

Marc 10, 20-23 : Tu connais les commandements : Tu ne commettras point d'adultère ; tu ne tueras point ; tu ne déroberas point ; tu ne diras point de faux témoignage ; tu ne feras tort à personne ; honore ton père et ta mère.
Il lui répondit : Maître, j'ai observé toutes ces choses dès ma jeunesse.
Jésus, l'ayant regardé, l'aima, et lui dit : Il te manque une chose ; va, vends tout ce que tu as, donne-le aux pauvres, et tu auras un trésor dans le ciel. Puis viens, et suis-moi.
Mais, affligé de cette parole, cet homme s'en alla tout triste ; car il avait de grands biens.
Jésus, regardant autour de lui, dit à ses disciples : qu'il sera difficile à ceux qui ont des richesses d'entrer dans le royaume de Dieu !…

Éphésiens 6,2 : Honore ton père et ta mère c'est le premier commandement avec une promesse, afin que tu sois heureux et que tu vives longtemps sur la terre. Et vous, pères, n'irritez pas vos enfants, mais élevez-les en les corrigeant et en les instruisant selon le Seigneur.


Académie de médecine

Académie nationale de médecine

Léopold Nègre

Léopold Nègre : index des documents

photographies de Léopold Nègre

Regardez en haut, souvenirs de Léopold Nègre

La famille Nègre - La famille Leenhardt - Mon enfance à Montpellier (1879-1897) - Mes études à Paris (1897-1905) - La famille Charon - La famille Bost - La vie de notre ménage (1905-1911) - Nos années d'Algérie (1911-1919) - Nos années à Paris (1919-1961) - Regardez en haut !

index | contact
Lexilogos