archives famille
Regardez en haut !
souvenirs de Léopold Nègre
  Léopold Nègre > Souvenirs > études à Paris
Leopold Negre
Mes études à Paris
(1897-1905)



Pour m'éviter la dureté de l'internat, papa écrivit à Mr Paul Jalaguier [1], agent du Consistoire, qu'il connaissait et qui lui indiqua la famille du docteur Charon-Bost qui prenait des pensionnaires rue Pierre Nicole, à coté du Val-de-Grâce. J'y ai trouvé une vie de famille si exemplaire et des soins moraux et matériels si touchants que je souffris beaucoup moins de ce changement de climat que si j'avais été interne dans un lycée.

J'ai eu quand même beaucoup de peine à m'habituer à cette vie sans soleil de l'hiver de Paris. À la fin de ma première année au lycée Saint-Louis je pus passer mon baccalauréat ès-science et je fus classé au concours 70e, alors qu'on ne prit que 68 élèves. L'année suivante je fus reçu 30e et j'entrais en octobre 1899 à l'Institut national agronomique. [2]

Avec Étienne Leenhardt qui préparait l'internat des hôpitaux, Charles, le concours de l'agrégation de sciences physiques et chimiques et son frère Daniel, qui commençait ses études à l'École supérieure de commerce, nous primes un appartement, 13 rue d'Arcole. [3]

J'étais heureux de travailler avec mes cousins dans un appartement de cinq pièces, soigné par la vieille bonne de mon oncle Roger, Louisa, mais je quittais aussi avec regret les Charon où j'avais apprécié la douceur de la vie dune famille unie et la gentillesse de leurs enfants, en particulier de leur aînée, Suzanne, alors âgée de 12 ans qui se faisait remarquer par son intelligence et son caractère enjoué.

Mon état de santé ne me permit pas de terminer ma première année à l'Institut agronomique. Je dus me reposer, puis je fus appelé par le service militaire que je fis au régiment d'infanterie de Montpellier.

Au cours de cette année de caserne, je réfléchis beaucoup à mon avenir et je pensais sérieusement au pastorat. Comme la direction de l'Institut agronomique voulait m'imposer de refaire ma première année et que je devais avoir pour ma dispense militaire soit le diplôme de l'Institut agronomique, soit une licence, je décidais de faire mes études de licence ès sciences à Montpellier où, en deux ans, je passais quatre certificats. C'est au cours de l'année 1902 que ma grand-mère Nègre mourut. [4]

Elle était clouée sur son lit de souffrances. Je passais une partie de mon temps auprès d'elle et je consignais par écrit ce qu'elle me disait.

Elle insista pour que je ne fasse pas ma théologie en invoquant les déceptions que mon père avait eues et me montrant que je pourrais faire autant de bien autrement. Je suivis ce conseil, et je pris la décision de me tourner vers les sciences biologiques dans la maison scientifique, qui depuis son fondateur, a donné le plus bel exemple de dévouement au prochain que le monde ait connu. Papa demanda au docteur Borrel, chef de laboratoire à l'Institut Pasteur et ancien élève de la faculté de Montpellier [5], de me prendre dans son laboratoire pour y préparer mon doctorat ès sciences.

En octobre 1903, j'arrivais à Paris pour chercher un appartement où je devais m'installer avec Maurice Vincent et Arthur Castelnau qui préparait au lycée Saint-Louis, l'École centrale. L'année suivante, son frère Édouard Castelnau vint nous rejoindre pour faire son doctorat en droit. [6]

En cherchant un appartement rue Monge un dimanche matin, je tombais sur les trois petites Charon qui sortaient de l'école de la rue Monge [7]. J'avais laissé des petites filles, je retrouvais des demoiselles qui m'invitèrent à venir chez elles, ce que je ne tardais pas à faire.

Nous nous étions installée avec mes cousins dans un charmant appartement de la rue de Fleurus au coin de la rue du Luxembourg, actuellement rue Guynemer, avec vue sur le jardin. J'allais facilement de là à l'Institut Pasteur par le métro Nord-Sud [8]. Je n'étais pas loin de la rue Nicole et j'y allais souvent prendre des repas ou passer la soirée.

Je ne tardais pas à être conquis par l'aisance en société de Suzanne Charon, par l'intérêt de sa conversation, par son esprit de décision et par ses dons de musicienne.

Je connaissais le sérieux de l'éducation des jeunes Charon. J'aimais la simplicité le cette famille qui par son nom de Charon-Bost avait l'honneur de porter celui d'une des personnalités qui a le plus honoré le monde protestant. [9]

Je m'ouvris de mes intentions à mes parents qui m'approuvèrent et le 9 mars 1905, je franchis le seuil de la rue Pierre Nicole pour avoir un entretien décisif avec celle qui allait devenir ma femme et qui m'a donné le bonheur. Suzanne n'avait que 19 ans et demi. Son père ne me cacha pas que je venais un peu en ravisseur tant il avait de peine à se séparer si tôt de sa fille aînée qui avait tant de points communs avec lui. Mr et Mme Charon voulant jouir d'un dernier été avec leurs enfants au complet, nous imposèrent de ne nous marier qu'en octobre, ce que nous trouvâmes bien long.

Léopold Nègre
suite : La famille Charon
Notes :
1- Paul Jalaguier (1854-1917) est le frère d'Adolphe Jalaguier (1853-1924), beau-frère de François Charon.

Adolphe Jalaguier est l'époux de Caroline Bost (1864-1937), la sœur de Leïla Bost et marraine de Suzanne Charon.

Il s'agit de son beau-père, Samuel Dautheville, le second époux de sa mère, Suzanne Leenhardt, qu'il appelle Papa.

2- L'Institut national agronomique était situé rue Claude Bernard dans le Ve arrondissement. Voir le site d'AgroParisTech (Institut des sciences et industries du vivant et de l'environnement).

3- Charles Leenhardt (1877-1920) qui deviendra professeur de physique chimie à Montpellier (voir portrait), et Daniel Leenhardt (1880-1945) sont les fils de Roger Leenhardt (1845-1898), frère de Suzanne Leenhardt (1856-1921).

Étienne Leenhardt (1875-1938) qui deviendra professeur de médecine à Montpellier, est le fils de René Leenhardt (1835-1915), médecin.

René Leenhardt (1835-1915) est le frère de Charles Leenhardt (1820-1900) et oncle de Suzanne Leenhardt.

4- Adèle Vincent (1828-1902) est l'épouse d'Auguste Nègre (1816-1872), ses grand-parents.

5- Voir biographie : Wikipédia et Institut Pasteur : Amédée Borrel (1867-1936) est originaire de Cazouls-lès-Béziers. Il est le témoin de mariage de Léopold Nègre en 1905.

Léopold Nègre rédige une notice biographique : « Le problème du cancer, un précurseur : Amédée Borrel » in La biologie médicale (1957).

Voir le site de l'Institut Pasteur

6- Maurice Vincent (1885-1953) est le fils de Jeanne Nègre (1859-1930), sœur du pasteur Léopold Nègre, et de Louis Vincent (1852-1938).

Édouard Castelnau (1883-1951) et Arthur Castelnau (1884-1950) sont les fils de Délie Leenhardt (1859-1953), sœur de Suzanne Leenhardt (1856-1921), et de Georges Castelnau (1856-1927)

7- Aujourd'hui collège Pierre-Alviset, 88 rue Monge, Paris Ve.

8- La Société du chemin de fer électrique souterrain Nord-Sud de Paris, appelée Nord-Sud, exploitait jusqu'en 1931 trois lignes de métro. Il s'agit dans ce cas de la ligne A (porte de la Chapelle - porte de Versailles), aujourd'hui ligne 12 : voir Wikipédia.

9- Suzanne Charon est la petite fille du pasteur John Bost.

Regardez en haut, souvenirs de Léopold Nègre

    La famille Nègre - La famille Leenhardt - Mon enfance à Montpellier (1879-1897) - Mes études à Paris (1897-1905) - La famille Charon - La famille Bost - La vie de notre ménage (1905-1911) - Nos années d'Algérie (1911-1919) - Nos années à Paris (1919-1961) - Regardez en haut !

Léopold Nègre : index des documents

photographies de Léopold Nègre

biographie par Jean Bretey, Annales de l'Institut Pasteur

index | contact
Lexilogos