archives famille
Regardez en haut !
souvenirs de Léopold Nègre
  Léopold Nègre > Souvenirs > conclusion
Leopold Negre
« Travailler avec ténacité,
apprendre au-delà,
regarder en haut,
chercher à s'élever toujours. »




Chers petits-enfants, soyez assurés que nous aurez été avec vos parents la plus grande joie de notre vieillesse par l'affection touchante que vous nous témoignez et le droit chemin dans lequel vous paraissez vouloir vous engager.

Faites votre la belle devise que Pasteur a laissée à ses élèves comme elle avait été celle de sa vie :
« Travailler avec ténacité, apprendre au-delà, regarder en haut, chercher à s'élever toujours. » [1]

Ne croyez pas que le bonheur puisse être uniquement basé sur la possession des biens de ce monde. Les fortunes les plus considérables ne résistent pas à l'épreuve du temps et à l'imprévu des évènements. Ce que certains de nos grands-parents ou arrières-grands-parents ont accumulé par héritage ou par leur travail en biens mobiliers ou immobiliers, s'est évanoui depuis longtemps.

Travaillez donc de toute vos forces et de toute votre âme à assurer par votre salaire la vie de la famille que vous fonderez.

Efforcez-vous d'épargner afin de pouvoir acquérir et embellir des demeures qui seront la joie de votre foyer et de pouvoir parer aux difficultés des mauvais jours.

Quelle que soit votre occupation, aussi humble soit-elle, sachez que le travail n'est pas seulement utile pour assurer votre vie matérielle, il élève et sanctifie son effort quotidien et dans l'influence bienfaisante qu'elle peut exercer sur tous ceux avec lesquels ses fonctions le mettent en rapport.

Restez persuadés que tout cela serait vain si vos cœurs, comme ceux de nos ancêtres n'étaient pas des cœurs chrétiens, transformés par l'Amour de Dieu.

Restez fidèles à la religion de nos pères, ne reniez pas ce qu'ils ont conquis par le sang.

N'oubliez jamais que la vraie vie, aussi bien à votre foyer que dans vos occupations extérieures, est celle qui est illuminée par l'Amour de notre prochain et le don que nous faisons de notre personne aux autres.

Travail, foyer, don de soi : de là procèdent les plus grandes joies que nous pouvons éprouver dans notre course éphémère ici-bas.

Il appartient maintenant à vos parents puis à vous de continuer à écrire cette histoire après l'avoir vécue.

Faites qu'elle soit digne de ceux qui nous ont précédés.

Léopold Nègre
Notes :

1- Louis Pasteur inaugure la plaque apposée sur sa maison natale, à Dole, le 14 juillet 1883 : « Ici est né, Louis Pasteur, le 27 décembre 1822 ».
Il prononce à cette occasion ce discours dans lequel il rend hommage à ses parents :

« Je suis profondément ému de l'honneur que me fait la ville de Dole : mais permettez-moi, tout en vous exprimant ma reconnaissance, de m'élever contre cet excès de gloire. En m'accordant un hommage qui ne se rend qu'aux morts illustres, vous empiétez trop vite sur le jugement de la postérité.

Ratifiera-t-elle votre décision et n'auriez-vous pas dû, monsieur le maire, prévenir prudemment le conseil municipal de ne pas prendre une résolution aussi hâtive ?

Mais après avoir protesté, messieurs, contre les dehors éclatants d'une admiration que je ne mérite pas, laissez-moi vous dire que je suis touché et remué jusqu'au fond de l'âme. Votre sympathie a réuni sur cette plaque commémorative les deux grandes choses qui ont fait à la fois la passion et le charme de ma vie : l'amour de la science et le culte du foyer paternel.

Ô mon père et ma mère ! Ô mes chers disparus, qui avez si modestement vécu dans cette petite maison, c'est à vous que je dois tout !

Tes enthousiasmes, ma vaillante mère, tu les as fait passer en moi. Si j'ai toujours associé la grandeur de la science à la grandeur de la patrie, c'est que j'étais imprégné des sentiments que tu m'avais inspirés.

Et toi, mon cher père, dont la vie fut aussi rude que ton rude métier, tu m'as montré ce que peut faire la patience dans les longs efforts. C'est à toi que je dois la ténacité dans le travail quotidien. Non seulement tu avais les qualités persévérantes qui font les vies utiles, mais tu avais aussi l'admiration des grands hommes et des grandes choses.

Regarder en haut, apprendre au-delà, chercher à s'élever toujours, voilà ce que tu m'as enseigné.

Je te vois encore après ta journée de labeur, lisant le soir quelque récit de bataille d'un de ces livres d'histoire contemporaine qui te rappelaient l'époque glorieuse dont tu avais été témoin. En m'apprenant à lire, tu avais le souci de m'apprendre la grandeur de la France.

Soyez bénis l'un et l'autre, mes chers parents, pour ce que vous avez été et laissez-moi vous reporter l'hommage fait aujourd'hui à cette maison. 

Messieurs, je vous remercie de m'avoir permis de dire bien haut ce que je pense depuis soixante ans. Je vous remercie de cette fête et de votre accueil et je remercie la ville de Dole, qui ne perd de vue aucun de ses enfants et qui m'a gardé un tel souvenir ! »

Lire : Œuvres de Pasteur réunies par Louis Vallery-Radot (1939) : Allocution prononcée, le 14 juillet 1883, à l'occasion de l'apposition d'une plaque commémorative sur la maison natale de Pasteur, à Dole

Voir la Société des amis de Pasteur : maison natale de Pasteur à Dole

Regardez en haut, souvenirs de Léopold Nègre

    La famille Nègre - La famille Leenhardt - Mon enfance à Montpellier (1879-1897) - Mes études à Paris (1897-1905) - La famille Charon - La famille Bost - La vie de notre ménage (1905-1911) - Nos années d'Algérie (1911-1919) - Nos années à Paris (1919-1961) - Regardez en haut !

Léopold Nègre : index des documents

photographies de Léopold Nègre


index | contact
Lexilogos