nouveau
Lexilogos
Frédéric Mistral
Discours sur la langue provençale
recherche
dictionnaire provençal
Frédéric Mistral > Félibrige > discours
Ço que voulèn   Ce que nous voulons
   
Discours de Sant-Roumié i felibre catalan
(9 de setèmbre 1868)
discours de Saint-Rémy aux poètes catalans
(9 septembre 1868)
   
[...]
Mai, n'i'a que van nous dire : Cigalo de la terro, aucèu campèstre, que nous voulès, vejan, emé vòsti cansoun, au mitan d'aquesto epoco atravalido e maucourado e maugraciouso ?
[...]
Mais, certains sûrement vont nous dire : Cigales de la terre, oiseaux des vastes champs, que nous voulez-vous, dites, avec vos chansons, au milieu de notre époque enchaînée au travail, désenchantée et maussade ?
   
- Ço que voulèn ? escoutas-me.
Ce que nous voulons ? Écoutez :
   
 Voulèn que nòsti drole, au-liò d'èstre eleva dins lou mesprés de nosto lengo (ço que fai que, plus tard, mespresaran la terro, la vièio terro maire ounte Diéu lis a fa naisse), voulèn que nòsti drole countùnion de parla la lengo de la terro, la lengo ounte soun mèstre, la lengo ounte soun fièr, ounte soun fort, ounte soun libre.
Nous voulons que nos fils, au lieu d'être élevés dans le mépris de notre langue, (ce qui fait que, plus tard, ils mépriseront la terre, la vieille terre maternelle que laquelle Dieu les a fait naître), nous voulons que nos fils continuent à parler la langue de la terre la lanque dans laquelle ils sont fiers, par laquelle ils sont forts, par laquelle ils sont libres.
   
Voulèn que nòsti chato, au-liò d'èstre elevado dins lou desden de nòsti causo de Prouvènço, au-liò d'ambiciouna li fanfarlucho de Paris o de Madrid, countùnion de parla la lengo de soun brès, la douço lengo de si maire, e que demoron, simplo, dins lou mas ounte nasquèron, e que porton longo-mai lou riban arlaten coume un diadèmo de rèino.
Nous voulons que nos filles, au lieu d'être élevées dans le dédain de nos coutumes de Provence au lieu d'envier les fanfreluches de Paris ou de Madrid, continuent à parler la langue de leur berceau, la douce langue de leurs mères, et qu'elles demeurent, simples, dans les fermes où elles naquirent, et qu'elles portent à jamais le ruban d'Arles comme un diadème de reine.
   
Voulèn que noste pople, en-liogo de groupi dins l'ignourènço de sa propro istòri, de sa grandour passado, de sa persounalita, aprengue enfin si titre de noublesso, aprengue que si paire se soun counsidera toujour coume uno raço, aprengue qu'an sachu, nòsti vièi prouvençau, viéure sèmpre en ome libre, e toustèms se defèndre coume tau : à Marsiho, autre-tèms, contro la Roumo de Cesar : dins lis Aliscamp d'Arle, à la Gardo-Freinet, contro li Sarrasin  ; à Toulouso, à Beziés, à Bèu-Caire, en Avignoun, contro li faus crousa de Simoun de Mount-fort  ; à Marsiho, à Frejus, à Touloun, e pertout, contro li lansquenet de l'emperaire Carle-Quint.
Nous voulons que notre peuple, au lieu de croupir dans l'ignorance de sa propre histoire, de sa grandeur passée, de sa personnalité apprenne que ses pères se sont toujours considérés comme une race, apprenne qu'ils ont su, nos vieux Provençaux, vivre toujours en hommes libres et toujours su se défendre comme tels : à Marseille, autrefois, contre la Rome de César : dans les Alyscamps d'Arles, à la Garde-Freinet, contre les Sarrasins : à Toulouse, à Béziers, à Beaucaire, en Avignon, contre les faux croisés de Simon de Montfort : à Marseille, à Fréjus, à Toulon, et partout, contre les lansquenets de l'empereur Charles-Quint.
   
Fau que sache, nosto pople, que se soun, nòsti rèire, apoundu libramen, mai dignamen, à la generouso Franço : dignamen, valènt-à -dire en reservant sa lengo, si coustumo, sis us e soun noum naciounau. Fau que sache, noste pople, que la lengo que parlo es estado, quand a vougu, la lengo pouëtico e literà ri de l'Europo, la lengo de l'amour, dóu Gai-Sabé, di liberta municipalo, de la civilisacioun…
Il faut qu'il sache, notre peuple, que nos ancêtres se sont annexés librement mais dignement à la généreuse France : dignement, c'est à dire en réservant tous les droits de leur langue, de leurs coutumes, de leurs usages et de leur nom national. Il faut qu'il sache, notre peuple, que la langue qu'il parle, a été, lorsqu'il l'a voulu, la langue poétique et littéraire de l'Europe, la langue de l'amour, du Gai-Savoir, des libertés municipales, de la civilisation...
   
Pople valènt, vaqui ço que voulèn t'aprene : à pas rougi, davans degun, coume un vincu, à pas rougi de toun istòri, à pas rougi de ta patrìo, à pas rougi de ta naturo, à reprene toun rèng, toun premié rèng entre li pople dóu Miejour… E quand chasco Prouvènço, e chasco Catalougno, aura d'aquelo sorto recounquist soun ounour, veirés que nòsti vilo redevendran ciéuta ; e mounte noun i'a plus qu'uno póusso prouvincialo, veirés naisse lis art, veirés crèisse li letro, veirés grandi lis ome, veirés flouri uno nacioun.
Peuple vaillant, voici ce que nous voulons t'apprendre : C'est à ne rougir devant personne, comme un vaincu, à ne pas rougir de ton histoire, à ne pas rougir de ta patrie, à ne pas rougir de ta nature, à reprendre ton rang, ton premier rang entre les peuples du Midi... Et quand chaque Provence, et chaque Catalogne auront de cette façon reconquis leur honneur, vous verrez que nos villes redeviendront des cités : et là où il n'y a plus qu'une poussière provinciale, vous verrez naître les arts, vous verrez croître les lettres, vous verrez grandir les hommes, vous verres fleurir une Nation !
   
Brinde : A la Catalougno, nosto sorre ! à l'Espagno, nosto amigo ! à la Franço, nosto maire !
Je bois : A la Catalogne notre sœur ! à l'Espagne notre amie! à la France notre mère !
   
   
   
La lengo dóu Miejour La langue du Midi
   
Discours à l'Assemblado de Santo Estello d'Avignoun, 21 de Mai 1877 Discours à l'Assemblée de Sainte-Estelle d'Avignon, 21 mai 1877
   
[...]
Uno lengo, lou sabès, n'es pas l'obro fatisso d'un ome o de plusiour, nimai d'uno acadèmi, ni d'un regime quint que siegue. Uno lengo, me sèmblo, es quaucarèn d'aguste e de meravilhous, car es lou recatadou d'aquelo lumiero auto qu'an apela lou Verbe.
[...]
Une langue, vous le savez, n'est pas l'œuvre factice d'un homme ou de plusieurs, non plus que d'une académie, ni d'un quelconque régime. Une langue, à mon avis, est quelque chose d'auguste et de merveilleux, car c'est le réceptacle de cette haute lumière qu'on appelle le Verbe.
   
Avès ausi parla d'aquéli jas de mino ounte s'atrobo escricho pèr la longo dóu tèms l'istòri espetaclouso de la creacioun dóu mounde, ounte se vèi d'erbasso, d'aubre carbounela, de pèiro clauvissouso, d'animalas afrous, que soun li testimòni di revoulucioun dóu globe.
Vous avez ouï parler de ces couches de sédiments où se trouvent écrite au cours des siècles l'histoire merveilleuse de la création du monde, où l'on voit des herbes géantes, des arbres carbonisés, des pierres coquillières, des animaux effrayants, qui sont les témoignages des révolutions du globe.
   
Eh! bèn, Messiés e damo, uno lengo retrais à -n-un jas minerau : car, au founs d'uno lengo, se ié soun depausa tóuti lis escaufèstre, tóuti li sentimen, tóuti li pensamen de dès, de vint, de trento, de cènt generacioun.
Eh ! bien, Messieurs et Mesdames, une langue ressemble à une concrétion minérale : car au fond d'une langue se sont déposés toutes les visissitudes, tous les sentiments, toutes les pensées de dix, de vingt, de trente, de cent générations.
   
Uno lengo es un clapas ; es uno antico foundamento ounte chasque passant a tra sa pèço d'or o d'argènt o de couire ; es un mounumen inmènse ounte chasco famiho a carreja sa pèiro, ounte chasco ciéuta a basti soun pieloun, ounte uno raço entiero a travaia de cors e d'amo pendènt de cènt e de milo an.
Une langue est un bloc : c'est un antique fondement où chaque passant a jeté sa pièce d'or, d'argent ou de cuivre : c'est un monument immense où chaque cité a bâti son pilier, où une race entière a travaillé de corps et d'âme pendant des centaines et des milliers d'années.
   
Uno lengo, en un mot, es la revelacioun de la vido vidanto, la manifestacioun de la pensado umano, l'estrumen subre-sant di civilisacioun e lou testamen parlant di soucieta morto o vivo.
Une langue, en un mot, est la révélation de toute une vie, la manifestation de la pensée humaine, l'instrument sacro-saint des civilisations et le testament parlant des sociétés mortes ou vivantes.
   
Rejouïssen-nous dounc, o fraire e sorre en Felibrige, d'avé pèr obro e pèr pres-fa lou sauvamen d'un idiomo ; e demembren jamai, tant Majourau que Mantenèire, que lou premié devé d'un veritable felibre es d'ensigna au pople lou respèt de sa lengo e lou mantenemen de sa dignita de raço.
Réjouissons-nous donc, ô frères et sœurs en Félibrige, d'avoir pour œuvre et pour tâche la conservation d'un idiome : et n'oublions jamais, tant Majoraux que Mainteneurs, que le premier devoir d'un véritable félibre est d'enseigner au peuple le respect de sa langue et le maintien de sa dignité de race.
   
Sabèn proun que, à dre faire, lis escolo auto e basso devrien, dins lou Miejour, adouba l'estrucioun counfourmamen à nòsti usage, à nòsti besoun, à nosto naturo. Se jamai lou bon sèn, la liberta, lou dre règnon en aquest mounde, acò-d'aqui vendra, acò-d'aqui sara.
Nous savons bien que, en toute équité, les écoles hautes et basses devraient, dans le Midi, ordonner l'instruction conformément à nos usages, à nos besoins, à notre nature. si jamais le bon sens, la liberté, le droit règnent en ce monde, ceci viendra, ceci sera.
   
Mai rapelen-nous bèn que lou gouvèr, quinte que siegue, jamai aura l'idèio de douna quaucarèn que ié demandon pas.
Mais souvenons-nous bien que le gouvernement, quel qu'il soit, n'aura jamais l'idée de donner quelque chose qu'on ne lui demande pas.
   
Es dounc indispensable de reviha pertout, e dins tóuti li classo, lou goust emé l'ourguei de nosto parladuro. E quand lou pople coumprendra lou sèn patriouti e la grandour dóu Felibrige, alor demandara que i'ensignon sa lengo, e li gouvernamen i'ensignaran sa lengo.
Il est donc indispensable de réveiller partout, et dans toutes les classes, le goût et l'orgueil de notre langue. Et quand le peuple comprendra le sens patriotique et la grandeur du Félibrige, alors il demandera qu'on lui enseigne sa langue, et les gouvernements la lui enseigneront.
   
Fau boulega pèr viéure, fau cambeja pèr se gandi, e fau nada pèr se sauva…
[...]
Il faut remuer pour vivre, il faut marcher pour avancer, et il faut nager pour se sauver...
[...]
   
   
Li poudru literà ri de nosto Reneissènço nous an apoudera lou mounde di letru ; li travai di prouvençalisto nous an dubert à brand lou mounde di sabènt ; e li publicacioun destinado à la foulo, talo que armana o journau prouvençau, nous fan dintre lou pople une poulido proupagando.
Les productions littéraires de notre Renaissance nous ont gagné le monde des lettrés ; les travaux des provençalistes nous ont ouvert largement le monde des savants ; et les publications destinées à la foule, telles que almanachs et journaux provençaux, nous font dans le peuple une excellente propagande.
   
Avèn de mai à nosto ajudo lou crid dóu sang e de la terro, que podon bèn badaiouna, mai que jamai estoufaran ; avèn lou sentimen inna d'independènci que tout ome qu'es ome porto dintre soun pitre, avèn enfin pèr nautre la naturo invinciblo, lou soulèu que dardaio, lou mistrau que bacello, li gaudre dis Aupiho, li revòu dóu Rose, la broufounié de nosto mar, li caire e recantoun de noste terradou, li garrigo, li serre, li mountagno imbrandablo en un mot, li causo eterno dóu païs, qu'emé si noum rouman, dindant e felibren, de paire en fiéu, de siècle en siècle, trasmeton e counservon li racino de la lengo.
Nous avons au surplus pour nous aider le cri du sang et de la terre, que l'on peut bien baillonner, mais que jamais on n'étouffera : nopus avons le sentiment inné d'indépendance que tout homme qui est homme porte dans sa poitrine ; nous avons enfin pour nous la nature invincible, le soleil qui darde, le mistral qui fouette, les torrents des Alpilles et les tourbillons du Rhône, les mugissements de notre mer, les coins et recoins de notre terroir, les garrigues, les collines, les montagnes inébranlables, en un mot, les choses éternelles du pays qui, avec leurs noms romans, sonnants et félibréens, de père en fils, de siècle en siècle, transmettent et conservent les racines de la langue.
   
Zóu dounc, Messiés e Damo ! mantenen, ensignen la lengo maire dóu Miejour ; e d'abord que sian en noumbre, que chascun de nous-autre proufèsse ardidamen l'apoustoulat dóu Felibrige !
En avant, Messieurs et Dames ! Maintenons, enseignons la langue mère du Midi : et puisque nous sommes en nombre, que chacun de nous professe hardiment l'apostolat du Félibrige !
   
Tóuti li fes que i'a óucasioun, afourtissen lou Felibrige en praticant noste parla. A la vilo, au vilage, à l'oustau, pèr carriero, au cafè, dins li ciéucle, sus li camin de ferre o dins li magasin, aguen pas crento d'emplega lou paraulis de nòsti libre. S'aquéli que nous entèndon soun de gènt coume se dèu, de persouno d'esperit o simplamen de brà vi gènt, aprouvaran de cor noste galoi e franc parla ; s'au countrà ri es de nèsci, noste eisèmple i'aprendra à reveni au naturau ; e s'enfin es d'arlèri, auren l'agradamen de li faire veni lèbre. [...]
Toutes les fois que nous en avons l'occasion, affirmons le Félibrige en pratiquant notre parler. A la ville, au village, à la maison, par les rues, au café, dans les cercles, sur les chemins de fer ou dans les magasins, n'ayons pas honte d'employer le langage de nos livres. Si ceux qui nous entendent sont des gens bien nés, des personnes d'esprit ou simplement des braves gens, ils approuveront de cœur notre gai et franc parler : si au contraire ce sont des niais, notre exemple leur apprendra à revenir au naturel : et si ce sont des fats, enfin, nous aurons l'agrément de les voir déraisonner. [...]
   
   
 
Lou Felibrige e l'Empèri dóu Soulèu Le Félibrige et l'Empire du Soleil
charradisso facho au Ciéucle Artisti de Marsiho,
lou 25 de nouvèmbre 1882
conférence faite au cercle artistique de Marseille,
25 novembre 1882
   
[...]
Tóuti li pople tènon e an toujour tengu à sa lengo naturalo : pèr-ço-que dins la lengo se molo e trelusis lou caratère escrèt de la raço que la parlo. Uno lengo, en un mot, es lou retra de tout un pople, es la Biblo de soun istòri, lou mounumen vivènt de sa persounalita.
[...]
Tous les peuples tiennent et ont toujours tenu à leur langue naturelle : parce que dans la langue s'incarne et resplendit le caractère intime de la race qui la parle. Une langue, en un mot, est le portrait de tout un peuple, c'est la Bible de son histoire, le monument vivant de sa personnalité.
   
Tóuti li vilo se fan vuei un devé d'avé de museon pèr garda preciousamen li soubro de soun passat, li relicle de soun istòri. [...] Tout ço que nòsti paire nous an laissa de bèu o de particulié, en tablèu, en esculturo, en gravaduro, en pèiro escricho, en medaio o en terraio, l'avès rejoun pïousamen dins vòsti galarié ; e quand lou pople, lou dimenche, vesito aquéli tèmple de la glòri naciounalo, saludo emé respèt lou travai de si rèire, e sènt batre dins soun cor un sentimen que lou relèvo.
Toutes les villes se font aujourd'hui un devoir d'avoir des musées où conserver précieusement les vestiges de leur passé, les reliques de leur histoire. [...] Tout ce que nos pères ont laissé de beau ou de particulier, comme tableaux, sculptures, gravures, inscriptions, médailles ou poteries, vous l'avez pieusement recueilli dans vos galeries ; et quand le peuple, le dimanche, visite ces temples de la gloire nationale, il salue avec respect le travail de ses ancêtres, et sent battre au fond de son cœur un sentiment qui l'élève et le grandit.
   
Eh bèn ! Messiés e Damo, perqué dounc farian pas à nosto lengo prouvençalo, à la lengo glouriouso de nòsti davancié, valènt-à-dire au signe lou mai ideau de nosto nacioun, l'ounour que voulèn faire à si relicle materiau ! Perqué dounc, tóuti que sian, enfant de la Prouvènço, nous entendrian pas pèr counserva tant que poussible lou parla de noste païs, lou dous e gai parla de la famiho prouvençalo, aquéli mot grana, aquélis image viéu,
aquéli galant prouvèrbi, que rapellon l'oustau e que ressènton la Prouvènço, coume la ferigoulo, coume lou roumaniéu ressènton la mountagno !
[...]
Eh ! bien, Messieurs et Dames, pourquoi ne ferions-nous pas à notre langue provençale, à la langue glorieuse de nos devanciers, c'est à dire au signe le plus idéal de notre nation, l'honneur que nous voulons faire à ses reliques matérielles ! Pourquoi donc, tous tant que nous sommes, enfants de la Provence, ne nous entendrions-nous pas pour conserver autant que possible le parler de notre pays, ces vivantes images, ces gracieux proverbes, qui évoquent le foyer et qui sentent bon la Provence, comme le thym, comme le romarin évoquent la montagne !
[...]
   
Paris, lou grand Paris, sara toujour la capitalo de la Franço indivisiblo, Roumo la capitalo de l'Itàli e de la Crestianta, Madrid la capitalo de tóuti lis Espagno. Mai Marsiho, se sounjo à grandi sèmpre mai sa persounalita, noun soulamen pèr lou coumerce, mai pèr lis art e pèr li letro, mai pèr lou culte de sa lengo, de sa lengo roumano, que porto dins soun noum coume lou prounousti de nòsti destinado, o, Marsiho, se sounjo à garda longo-mai sa coulour prouvençalo e soun gàubi tria de rèino de Prouvènço, Marsiho devendra, es iéu que vous lou dise, la capitalo resplendènto d'aquel empèri de lumiero, de pas, de pouësìo, que li Felibre apellon "l'Empèri dóu Soulèu !".
Paris, le grand Paris, sera toujours la capitale de la France indivisible, Rome la capitale de l'Italie et de la Chrétienté, Madrid la capitale de toutes les Espagnes. Mais si Marseille songe à grandir toujours davantage sa personalité, non seulement par le commerce, mais par les arts et par les lettres, mais par le culte de sa langue, de sa langue romane, qui porte dans son nom comme pronostic de nos destinées, oui, si Marseille songe à garder longtemps encore sa couleur provençale et sa grace exquise de reine de Provence, Marseille deviendra, c'est moi qui vous le dis, la capitale resplendissante de cet empire de lumière, de paix, de poésie, que les Félibres appellent "l'Empire du Soleil !".
-> Félibrige : origine, définition

-> Trésor du Félibrige : dictionnaire provençal-français de Frédéric Mistral

-> Frédéric Mistral : œuvres en ligne & biographie

-> langue provençale : dictionnaire & littérature