archives famille
La Force

Mairie de La Force

découverte du village, brochures de l'Office du tourisme du pays de Bergerac

Château de La Force

Société de l'histoire du protestantisme dans la vallée de la Dordogne : lieux, personnages, chronologie


Géoportail : carte IGN de La Force & vue satellite, vues aériennes anciennes

OpenStreetMap : plan de La Force

photographie aérienne de La Force

vue aérienne du vilage de La Force

Fondation John Bost, « lieu de soin, lieu de vie, lieu de sens »

chronologie

Histoire des pavillons, Notre prochain (2017)

Fondation John Bost

« La Force, terre bénie de la Charité »

Alexandre Wesqual

Maison John & Eugénie Bost, « un musée pour comprendre la différence »

visite virtuelle

Musée John & Eugénie Bost



John Bost : documents en ligne

photo John Bost

Fondation John Bost, Office du tourisme du pays de Bergerac

Les châteaux d'eau des asiles de La Force

Asiles de La Force

Le temple

Meynard, propriété d'Eugénie Ponterie, l'épouse de John Bost

Le marquis de La Valette, ministre de Napoléon III

Félix de La Valette (1806-1881), fut ministre de l'intérieur (1865-1867), des affaires étrangères (1868-1869) puis ambassadeur de France à Londres (1869-1870).

Ami de John Bost, il l'aida dans son action. Il résidait au château de la Cavalerie, à Prigonrieux.

Il épousa en secondes noces, une Américaine, Adeline Fowle, veuve du banquier Samuel Welles, née dans le Massachusetts, dont le tombeau se trouve à quelques mètres de celui de John Bost.

Après sa mort, il épousa en 1871 la fille de Charles de Flahaut.

Charles de Flahaut a eu un fils illégime d'Hortense de Beauharnais, la mère de Napoléon III, qui deviendra le duc de Morny et l'un des principaux ministres de son demi-frère.

Charles de Flahaut est le fils illégitime de Talleyrand, ministre de Napoléon Ier.

La tombe de la famille de La Valette, Office du tourisme du pays de Bergerac

Petites chroniques périgourdines : Adeline Fowle, une Américaine châtelaine à Peymilou

Le château de Cavalerie à Peymilou : une histoire de familles

Musée d'Orsay : buste de la marquise de La Valette, par Jean-Baptiste Carpeaux (1861)

armes de La Force

Fortio corantur
Fit via vi

On couronne le plus fort
C'est la force qui fait le chemin

Jacques Nompar de Caumont, premier duc de La Force

Le massacre de la saint Barthélémy, le 24 août 1572, a décimé la famille protestante des Nompar de Caumont. Un des rares survivants, Jacques Nompar de Caumont, est devenu duc de La Force, par la grâce du roi Henri IV.

Il fait construire le château de La Force, à l'ouest du village, à partir de 1604.

Le duc de La Force faisait partie du cortège royal quand Henri IV fut assassiné par François Ravaillac, rue de la Ferronnerie, dans le centre de Paris le 14 mai 1610, alors qu'il se rendait chez le protestant Maximilien de Béthune, duc de Sully, alors malade. Jacques Nompar de Caumont a conservé le poignard de Ravaillac dans son château de La Force.

Son descendant, Henri-Jacques Nompar de Caumont, est né au château de La Force en 1675. À la révocation de l'édit de Nantes, il est séparé de ses parents et doit abjurer le protestantisme. À la mort de son père, resté fidèle au protestantisme, il devient duc de La Force. Il se révèle persécuteur zélé des protestants. Proche du régent, il est vice-président du conseil des finances en 1716. Il est aussi membre de l'Académie française.

Le château de La Force a été détruit pendant la Révolution. On prétend que c'est sur ordre de Joseph Lakanal, alors en mission à Bergerac, mais aucun document ne permet de le confirmer. Ce château était-il considéré par les habitants comme le symbole de la persécution ?

Il ne reste aujourd'hui, qu'une partie du bâtiment annexe, appelé pavillon des recettes, composé des écuries et du composé du temple. C'est l'un des rares temples de France à avoir survécu à la révocation de l'édit de Nantes. Il était alors devenu la chapelle du château.

Duc de La Force

Jacques Nompar de Caumont,
premier duc de La Force

Château de La Force : documents & gravures


Le maréchal de La Force, un serviteur de sept rois (1558-1652) par Auguste de Caumont de La Force (1950)

Mémoires authentiques de Jacques Nompar de Caumont, duc de La Force, maréchal de France, recueillis par Édouard Lelièvre de La Grange (1843) : I & II - III - IV

Testament de Jacques Nompar de Caumont, duc de Laforce (15 janvier 1649) in Bulletin de la Société historique et archéologique du Périgord (1889)


La légende de Lakanal : Lakanal en mission en Dordogne, par Eugène Welvert, in Revue d'histoire de l'Église de France (1923)

Les élites municipales à Bergerac au XVIIIe siècle, par Michel Combet, in Annales du Midi (2000)

 

Musée des beaux-arts de Rouen : La duchesse de La Force (épouse d'Henri-Jacques Nompar de Caumont), peinture de François de Troy (1715)

Belsunce, de La Force à Marseille

Henry de Belsunce est né au château de La Force le 3 décembre 1671. C'est un descendant, par sa mère, de Jacques Nompar de Caumont. Baptisé protestant, il doit se convertir au catholicisme à la révocation de l'édit de Nantes. Il deviendra évêque de Marseille (1710-1755). Il connaîtra la peste de 1720. Il meurt à Marseille le 4 juin 1755.

Henri de Belsunce, né à La Force

Henry de Belsunce,
évêque de Marseille

Éloge historique et biographique de M. de Belsunce, évêque de Marseille, par l'abbé de Pontchevron (1854)

Étude biographique et littéraire sur Monseigneur de Belsunce, évêque de Marseille, par François Tamisier

Œuvres choisies de M. de Belsunce, évêque de Marseille, recueillies par l'abbé Jouffret (1822) : I & II

Felibrejado de La Forso

Felibrejado de La Forso,
fête du Félibrige à La Force (1934)

spectacle de la Fondation John Bost Eugénie John

L'E(u)génie de John,
spectacle de la Fondation John Bost (2017)

Château de La Force - Meynard

Périgord

index | contact
Lexilogos