archives famille
Famille Meynardie-Ponterie

La famille porte à l'origine le nom de Meynardie. Le nom de Ponterie sera ajouté à partir de 1708 à une branche de la famille.


Jean-Jacques Meynardie de Ponterie est né en 1755.

Il épouse le 21 août 1777 Marie Escot, fille de Jean Escot et Marie-Anne Sirvens de la Fouillouze (le couple a 4 filles).



Jean Escot est propriétaire de Meynard.

Le premier propriétaire connu de Meynard est Théodore Escot, né en 1570. Il est professeur au collège de Bergerac.

Jean Escot meurt à Meynard le 7 octobre 1775.


Son frère Étienne Escot est né à Amsterdam en 1719 où leur père s'est refugié après la révocation de l'édit de Nantes. Il est négociant en vin. Célibataire, il lègue sa fortune aux filles de son frère, décédé avant d'avoir marié ses filles, en leur demandant d'ajouter à leur nom d'épouse celui d'Escot.


Ainsi, par son mariage, le fils Meynardie devient Jean-Jacques Meynardie de Ponterie-Escot.

Pendant la Révolution, il est maire de Bergerac (1794-1795) et député de la Dordogne au Conseil des Cinq-Cents (1795-1799).

Il meurt le 28 décembre 1819 à Meynard.


Jean-Jacques Ponterie et Marie Escot ont sept enfants :
- Marie (1779-1876) épouse Pierre Dupuy
- Étienne (1780-1809) officier, mort à Ratisbonne, en Bavière
- Jenny (1781-1824) épouse André Planteau
- Pierre François (1784-1861) épouse Uranie Delachaud (1806-1880)
- Cécile (1787-1846) épouse en 1810 Pierre Loreilhe de Lestaubière
- Eugénie (1789-1825)
- Virginie (1794-1858)


François Meynardie-Ponterie (1784-1861) et Uranie Delachaud (1806-1880) ont deux enfants :
- Charles (1833-1852) : il meurt à 19 ans.
- Eugénie (1834-1997) épouse John Bost.

Généanet : arbre généalogique



Jean Jacques Ponterie-Escot

Ponterie-Escaut (sic) Jean-Jacques, in Dictionnaire des parlementaires français (1889)

Liste des contribuables du département de la Dordogne les plus imposés sous le Premier Empire : les noms des 32 premiers contribuables, avec le montant de leur imposition et une appréciation.

28) Ponterie-Escot, à La Force, 1 986 F. « Citoyen utile. »

L'affaire Ponterie-Escot (1807)

Eugénie Ponterie (1834-1887)

Meynard

index | contact
Lexilogos