nouveau
Lexilogos
Serments de Strasbourg
recherche
ancien français


Les Serments de Strasbourg lient deux petits-fils de Charlemagne, Charles II le Chauve (Karlus) et Louis le Germanique (Lodhuvig) contre leur frère aîné Lothaire (Ludher).

La version originale est perdue. Le texte est extrait du livre de Nithard, rédigé en latin. Nithard est le petit-fils de Charlemagne (fils de sa fille, Berthe) ; il est donc le cousin de ces trois frères. C'est un proche de Charles. Le texte est rédigé en latin. Les serments sont rédigés en langue romane (qui deviendra le français) et en langue tudesque (allemand). Charles le Chauve, roi de ce qui deviendra la France, dit la version allemande, et Louis le Germanique lit la version romane.

Serments de Strasbourg
Sacramenta Argentariæ
texte reconstitué traduction
[...]  
Cumque Karolus hæc eadem verba romana lingua perorasset, Ludhovicus, quoniam major natu erat, prior hæc deinde se servaturum testatus est : Et lorsque Charles eut prononcé ces mêmes paroles en langue romane, Louis parce qu'il était l'aîné, jura le premier de les observer :
Serment de Louis le Germanique
Serment de Louis le Germanique  
Pro Deo amur et pro christian poblo et nostro commun
salvament, d'ist di in avant, in quant Deus
savir et podir me dunat, si salvarai eo
cist meon fradre Karlo et in aiudha
et in cadhuna cosa, si cum om per dreit son
fradra salvar dift, in o quid il mi altre-
si fazet et ab Ludher nul plaid nunquam
prindrai qui, meon vol, cist meon fradre
Karle in damno sit.
Pour l'amour de Dieu et pour le salut du peuple chrétien et notre salut commun, de ce jour en avant, autant que Dieu m'en donnera le savoir et le pouvoir, je défendrai mon frère Charles, et l'aiderai en toute circonstance, comme on doit selon l'équité défendre son frère, pourvu qu'il en fasse autant à mon égard. Et jamais je ne prendrai avec Lothaire aucun arrangement qui, de ma volonté, puisse être nuisible à mon frère Charles.
Quod cum Ludhovicus explesset, Karolus teudisca lingua sic hec eadem verba testatus est : Lorsque Louis eut terminé, Charles répéta les mêmes paroles en langue tudesque :
[...] [...]
Sacramentum autem, quod utrorumque populus, quique propria lingua, testatus est, romana lingua sic se habet : Et le serment que les deux peuples prononcèrent, chacun dans sa propre langue, est ainsi conçu en langue romane :
Serment de l'armée de Charles
Serment de l'armée de Charles le Chauve  
                    Si Lodhu-
vigs sagrament que son fradre Karlo
jurat conservat, et Karlus, meos sendra,
de suo part non los tanit, si io returnar non
l'int pois, ne io ne neuls cui eo returnar
int pois, in nulla aiudha contra Lodhu-
vig nun li iv er.
Si Louis respecte le serment qu'il a juré à son frère Charles, et que Charles, mon seigneur,
de son côté ne le tienne pas, si je ne l'en puis détourner, ni moi ni aucun de ceux que j'en pourrai détourner, je ne lui serai en aucune aide contre Louis.
 
traduction du texte roman par Armand Gasté
Textes & Études

Trésors des carolingiens : Serments de Strasbourg (Bibliothèque nationale de France)

Nithardus, De dissensionibus filiorum Hludovici Pii libri quatuor : manuscrit des Serments de Strasbourg (fin Xe siècle), manuscrit 9768 de la Bibliothèque nationale

Histoire des dissensions des fils de Louis le Débonnaire par Nithard, traduction française, in Collection des mémoires relatifs à l'histoire de France, par François Guizot (1824)

Le manuscrit 9768 de la Bibliothèque nationale et les Serments de Strasbourg, par Guy de Poerck, in Vox romanica (1956) nouveau

Les Serments de Strasbourg et le manuscrit 9768 de la Bibliothèque nationale, par A. Tabachovitz, in Vox romanica (1958) nouveau

Les Serments de Strasbourg, histoire du français, par Claude Hagège (1996) (vidéo)

Les Serments de Strasbourg, introduction à la linguistique historique française [PDF] (Université de Bâle)

Les Serments de Strasbourg par Christian Wilsdorf, in Revue d'Alsace (1992)

Les Serments de Strasbourg (14 février 842), premier document écrit connu en langue française-romane primitive, par Illo Humphrey (2016)

Les Serments de Strasbourg et la Séquence de sainte Eulalie par Gerold Hilty, in Vox romanica (1978)

Les origines de la langue littéraire française, un principe méthodologique et son application aux Serments de Strasbourg, par Gerold Hilty, in Vox romanica (1973)

Le dialecte roman des Serments de Strasbourg par Ferdinand Lot, in Romania (1939) nouveau

O Juramento de Estrasburgo, o primeiro texto em língua românica, par Henrique Martins de Morais (2012)

traduction en portugais

Les Serments de Strasbourg, importância histórica e filológica na consolidação do francês, par Ana Cristina Bezerril Cardoso (2007) nouveau


Les Serments de Strasbourg, étude historique, critique et philologique, par Armand Gasté (1888)

Le texte franc des Serments de Strasbourg d'après la nouvelle édition de Nithard par Henri d'Arbois de Jubainville, in Bibliothèque de l'école des chartes (1871)

Serments prêtés à Strasbourg en 842 par Charles le Chauve, Louis le Germanique et leurs armées respectives, traduit en françois avec des notes grammaticales et critiques, des observations sur les langues romane et francique et un spécimen du manuscrit, par Joseph de Mourcin (1825)

Arlima : bibliographie sur les Serments de Strasbourg

-> langue romane

-> ancien français (Moyen Âge)

-> ancien allemand

-> Strasbourg