nouveau
Lexilogos
New York
Cartes & Documents
recherche
dictionnaire anglais   américain
pays > États-Unis > New York


Nouvelle-York New York
Profil
Larousse   |   Universalis   |   Wikipédia


office du tourisme de New York

Guide Mondeos : New York

Carte & Plan

NYCityMap : plan de New York interactif


Recherche sur une carte :
    Google maps Bing maps

vue satellite de New York & plan : zoom sur le Federal Hall, Wall Street

statue de la Liberté


Mta : plan du métro de New York

photo satellite New York Hudson River, au centre, sépare l'état du New Jersey
(et la ville, Jersey City)
et l'état de New York
(et la ville, New York City)

    L'état de New York s'étend du Québec à l'Atlantique.
Sa principale ville est New York et sa capitale, Albany.
Cartes anciennes

Gallica (Bibliothèque nationale de France) : cartes anciennes de New York

New York in 1674

Plan of the city of New York par Bernard Ratzer (1776)

New-York island : les environs de New York (XVIIIe)

Map of the city of New-York : plan de New York, par David Burr (1833)

Topographical map of the city and county of New-York, plan topographique, édité par Sherman & Smith (1847)

New-York City map : plan de New York, par Humphrey Phelps (1857)

Reference map of New-York City (Manhattan and The Bronx) : plan de New York, avec le métro, par C. S. Hammond (1930)

New York public library : gravures & illustrations anciennes de New York

cartes anciennes

Atlas of New York and vicinity (1868)

Geographicus : cartes anciennes de New York

David Rumsey : cartes historiques de New York


Atlas of the city of New York : Borough of Manhattan, par George & Walter Bromley (1922) : I & II

Histoire & Patrimoine

Fotw : drapeau de la ville de New York

carte des districts (boroughs) de New York (avec leur drapeau) : Manhattan, Bronx, Queens, Brooklyn, Staten Island


The Battery : histoire de Fort Amsterdam, le cœur historique de New York

Documentaire vidéo

YouTube : documentaires sur New York

Échappées belles

Livres & Documents

La reconversion du viaduc de la High Line à New York : l'urbanité de l'héritage industriel, par Zeila Tesoriere & Renzo Lecardane, in In Situ (2015) nouveau

New York, 11 septembre 2001 : la fiction étasunienne à l'épreuve du choc, par Yves Davo, thèse (2013)

Après le 11 septembre 2001 à New York Christine Anzieu-Premmereur, in Revue française de psychanalyse (2002)

Approche anthropologique des community gardens de New York City : cultiver son jardin, s'inscrire dans la ville, par Sandrine Baudry, thèse (2010)

Points de vue européens sur New York (1890-1940) : la mise en cause de l'expérience touristique, par David Gilbert & Claire Hancock, in Espaces et sociétés (2000)

Entre Paris et New York : dynamiques d'échange pour transformer la métropole (1858-1926), par Patrick Leitner, thèse (2006)

Les Français de New York au milieu du XIXe siècle : une communauté fragile, par Olivier Brégeard, in Annales de démographie historique (2000)

Émigration et politisation : les Français de New York et La Nouvelle-Orléans dans la première moitié du XIXe siècle (1803-1860) par Marieke Polfliet, thèse (2013)

Les Quakers dans le New York au XVIIe siècle par Pierre Brodin, in Revue d'histoire moderne & contemporaine (1934)

New York, une capitale éphémère pour la jeune nation américaine (1785-1790) par Hélène Harter, in Histoire urbaine (2005)

De la Nouvelle-Néerlande à New York : conquête territoriale et résistance culturelle, par Anne-Claire Faucquez, in Revue de la Société d'études anglo-américaines des XVIIe et XVIIIe siècles (2009)

Henry Hudson

Fondation de la Nouvelle Amsterdam

1609. L'Anglais Henry Hudson, pour le compte de la Compagnie des Indes orientales (hollandaise), recherche une voie maritime pour se rendre en Asie. Il explore la baie et remonte le fleuve, espérant se rendre ainsi dans la Pacifique. Cette rivière, baptisée par les Hollandais Mauritius en l'honneur de Maurice de Nassau (celui-là même qui donna aussi son nom à l'île Maurice), porte aujourd'hui son nom : Hudson River. Il ramène des fourrures de castor, de loutre qu'il a échangées avec les Indiens, fort accueillants.

Il recommencera une nouvelle expédition, plus au nord. Sans succès, et il y trouvera la mort. Il laissera son nom à la baie d'Hudson (nord du Québec).

1621. Les Hollandais créent la Compagnie des Indes occidentales (West-Indische Compagnie) dont l'objectif est d'ouvrir des comptoirs commerciaux en Amérique. Ils décident de s'installer autour de cette rivière explorée par Hudson. Ils nomment ces nouvelles terres Nieuw Nederland ou, en latin Nova Belgica : Nouvelle Belgique (la Belgique telle que nous la connaissons n'existait pas à l'époque).

Au nord, les Anglais ont baptisé leur territoire New England (Nova Anglia, Nouvelle Angleterre, nom qui subsiste encore aujourd'hui). Plus au nord, les Français ont appelé Nouvelle France (Nova Francia) dont une partie deviendra le Québec.

1624. Arrivent les premiers émigrants. Ce sont des Wallons protestants contraints de fuir leur pays, les Pays-Bas espagnols (l'actuelle Belgique), où sévissait la contre-réforme catholique. La plupart s'installent sur un lieu que l'on baptise Fort-Orange (aujourd'hui Albany, capitale de l'état de New York). La famille Nassau, régnant au Pays-Bas, avait hérité de la principauté d'Orange (en Provence).

1625. Les Hollandais décident de bâtir un fort, pour se protéger d'éventuelles attaques des Indiens. Ils choisissent le sud de Manhattan, lieu stratégique situé au confluent des deux principales rivières. Ils fondent Fort-Amsterdam (à l'emplacement de l'actuel Battery Park).

1626. Les Hollandais achètent l'île aux Algonquins qui la nommaient Mannahatta (littéralement : l'île aux collines, d'où Manhattan). Ils s'installent au sud de l'île et nomme leur nouvelle cité : Nieuw Amsterdam (Nouvelle Amsterdam). Cet acte d'achat, pour une valeur de 60 florins, est attesté par une lettre de cette époque. Mais les Indiens n'avaient certainement guère conscience de cette notion européenne de la propriété.

1646. Pieter Stuyvesant est le directeur de la compagnie. La Nouvelle-Amsterdam commence à devenir une petite ville. Il fonde un mur au nord de la ville pour se protéger d'éventuelles attaques indiennes. Ce mur a donné son nom à la rue la plus célèbre de New York : Wall Street (litt. : rue du mur)

1664. les Anglais s'emparent de la région dirigée par les Hollandais. Le roi Charles II donne les terres comprises entre la Nouvelle Angleterre et la Virginie à son frère, le duc d'York et d'Albany, James Stuart. La Nouvelle Amsterdam devient la Nouvelle York (New York), Fort Orange devient Albany, et Fort Amsterdam devient Fort James (Jacques, son prénom).

Dans l'Encyclopédie de Diderot & d'Alembert (fin XVIIIe), on trouve écrit la Nouvelle Yorck :

Sous les Anglois, la nouvelle Amsterdam fut appellée la nouvelle Yorck, & donna son nom au pays, ainsi qu'à la capitale, parce que toute la province fut cédée en propriété au duc d'Yorck par Charles II. son frere, roi d'Angleterre.

Duc d'York

James Stuart
duc d'York

Le duc d'York

1685. Charles II meurt sans héritier. C'est donc son frère, le duc d'York qui monte sur le trône, sous le nom de James II (Jacques II). Il souhaite rétablir la religion catholique, comme son cousin Louis XIV qui révoque, cette année, l'édit de Nantes (ils sont tous les deux petit-fils du chef du parti protestant devenu roi de France sous le nom d'Henri IV). Louis XIV provoque l'exil des protestants et la guerre des Camisards. Mais en Angleterre, c'est le contraire qui se produit : le roi sera obligé de s'enfuir en France.

1688, devenu impopulaire par son intransigeance catholique, le roi est renversé par son gendre, le stadhouder (litt. chef d'état) des Pays-Bas, Guillaume d'Orange (Willem III van Oranje-Nassau). C'est la Glorious Revolution. Un Hollandais devient roi d'Angleterre, sous le nom de William III, tout en gardant ces fonctions de chef d'état des Pays-Bas. James II s'enfuit alors en France ; il y meurt en 1701 ; il est enterré dans l'église de Saint-Germain-en-Laye.

Ainsi, pendant plus de 10 ans, l'ancienne Nouvelle Belgique aura à sa tête, un roi d'Angleterre hollandais, qui sera à la tête du Royaume-Uni et des Provinces-Unies.

Guillaume d'Orange meurt, sans héritier, en 1702 ; c'est une autre fille de James II, Ann, qui lui succède. Elle meurt, elle aussi sans héritier, en 1714. C'est la fin du règne des Stuart d'Écosse. La Maison de Hanovre lui succède.

C'est sous le règne de George III de Hanovre que les États-Unis proclament leur indépendance le 4 juillet 1776.

New York, première capitale des États-Unis d'Amérique

Pendant la guerre d'indépendance, New York se dresse contre les Anglais.

1789, le 30 avril, New York est alors la capitale des États-Unis : au balcon du Federal Hall, l'hotel de ville devenu le siège du Congrès, 26 Wall Street, le premier Président des États-Unis d'Amérique, George Washington, prête serment sur la Bible.

1898, New York s'agrandit et englobe désormais les communes voisines de Brooklyn, Bronx pour former le grand New York.

Federal Hall Washington

Federal Hall : aujourd'hui avec la statue de George Washington

Library of Congress : le batiment original détruit

OurDocuments : discours d'inauguration de George Washington prononcé à New York le 30 avril 1789

-> États-Unis : cartes & documents

-> dictionnaire anglais & américain

-> pratique & utile : index

librairie en ligne

livres, guides & cartes de New York > fnac - amazon - decitre - abebooks

achat billet d'avion